EuropArchive.org » Santé » Maladies » Comment connaître l’origine de boutons sur le pubis et quels sont les traitements possibles ?

Comment connaître l’origine de boutons sur le pubis et quels sont les traitements possibles ?

Boutons sur le pubis

La zone du pubis passe une partie importante de la journée recouverte par des vêtements. La nature même de ces vêtements ne permet pas vraiment à la peau de respirer et à l’air de circuler. Résultat, cette zone est particulièrement sensible et il n’est pas rare que des boutons y apparaissent. Certains de ces boutons sont les symptômes d’une maladie plus grave, alors que d’autres sont sans importance ou seulement liés à l’hygiène. Il faut donc apprendre à les reconnaître pour les traiter.

Les risques d’allergies cutanées

Si des boutons ou des plaques rouges apparaissent sur votre peau au niveau du pubis, vous devez d’abord penser à l’éventualité d’une allergie cutanée. C’est une pathologie fréquente, surtout quand la peau est constamment en contact avec des sous-vêtements dont le tissu de fabrication ou les produits qu’il contient sont parfois très agressifs pour la peau.

Par ailleurs, il est également fréquent qu’un savon ou une crème provoque ces boutons, notamment si vous utilisez des produits pour épiler cette zone de votre corps. Dans ce cas-là, mettez des sous-vêtements propres en coton pendant plusieurs jours et n’appliquez que du savon naturel sur votre peau et voyez si les boutons disparaissent d’eux-mêmes.

Des boutons sur le pubis provoqués par l’épilation

Les causes qui expliquent l’apparition de boutons sur le pubis sont nombreuses, mais elles ne sont pas toutes préoccupantes. Parmi les moins graves, on compte sans aucun doute les boutons provoqués par l’épilation de la zone pubienne. La mode est à l’épilation, mais il faut savoir que la peau n’apprécie pas d’être privée des poils qui la protègent.

De plus, l’épilation ou le rasage sont des méthodes de suppression des poils qui agressent la peau. Il n’est donc pas rare qu’elle produise du sébum en excès pour se défendre et que celui-ci vienne boucher les pores laissés ouverts par les poils. Résultat, des boutons apparaissent sur la zone du pubis. Ils peuvent être douloureux parfois, mais ne sont jamais graves.

Enfin, il faut prendre en compte les risques de poils incarnés, c’est-à-dire des poils qui repoussent, mais ne parviennent pas à sortir de la peau et poussent sous la peau. Ils créent une petite infection locale qui prend la forme d’un bouton. Pour éviter tout cela, épilez-vous sous la douche, faites un gommage avant pour limiter les risques d’infection et lavez-vous avec du savon doux après. Enfin, hydratez la peau après le rasage ou l’épilation pour éviter qu’elle ne sécrète du sébum.

Comment se débarrasser des morpions ?

Depuis quelques années, avec la mode croissante de l’épilation pubienne, les morpions sont en voie de disparition. Une nouvelle qui n’a pas inquiété grand monde, tant ces poux pubiens peuvent être pénibles. Ces petites bêtes s’accrochent aux poils du pubis et y pondent leurs œufs. Ils mordent également la peau et peuvent alors provoquer des démangeaisons et des boutons.

Les morpions ne sont pas dangereux, mais contagieux et ils peuvent transmettre une maladie infectieuse appelée phtiriase. Cette maladie de la peau provoque des plaques et des démangeaisons, notamment dans la zone pubienne. Mieux vaut donc se débarrasser rapidement des morpions, notamment en s’épilant intégralement, en utilisant un savon spécial et en lavant ses draps et sous-vêtements à 60 °C.

Le molluscum contagiosum et ses boutons disgracieux

Le molluscum contagiosum est la première pathologie vraiment sérieuse et pénible que nous abordons dans ce classement. D’abord, elle est sérieuse parce qu’elle est hautement contagieuse. Ensuite, elle est pénible parce qu’elle est disgracieuse et qu’il est très compliqué de s’en débarrasser. Si vous en êtes atteint, contactez un dermatologue.

Le molluscum contagiosum est une maladie virale contagieuse qui n’est ni mortelle ni dangereuse, mais qui se manifeste par l’apparition de lésions qui prennent la forme de boutons rouges ou blanchâtres. Des boutons, s’échappe une substance contagieuse qui provoque d’autres boutons. Il vaut donc mieux ne pas les toucher soi-même.

Le molluscum ne provoque pas des boutons que sur le pubis et le sexe, mais il n’est pas rare que seule cette zone soit concernée. Pour éviter de l’attraper, il faut toujours se laver les mains avant et après être allé aux toilettes, mais il faut également se protéger pendant un rapport sexuel. Pour le soigner, seul un dermatologue pourra vous prescrire les crèmes nécessaires et s’occuper des boutons un par un s’il le faut.

Des boutons sur le pubis peuvent-ils être les symptômes d’une infection sexuellement transmissible ?

Malheureusement, le molluscum contagiosum n’est pas la seule maladie sexuellement transmissible qui donne des boutons sur le pubis à ceux qui en sont atteints. En réalité, les infections de ce genre sont nombreuses à provoquer des boutons et des lésions sur la zone pubienne et génitale.

Les plus connues sont sans doute la syphilis et ses plaques rouges douloureuses qui ressemblent à des brûlures, mais aussi la teigne, une infection fongique, reconnaissable aux éruptions cutanées et à l’écaillement de la peau qu’elle provoque. Enfin, le papillome humain provoque également, dans certains cas, des verrues génitales douloureuses et disgracieuses.

Il est absolument impossible de vous conseiller un traitement ou une démarche à suivre si vous vous trouvez dans une de ces situations. Évidemment, il aurait mieux valu se protéger lors de vos rapports sexuels, mais maintenant que le mal est fait, vous devez aller consulter un médecin le plus rapidement possible. Lui seul pourra vous indiquer quoi faire.

Peut-on soigner l’herpès génital ?

Enfin, voici sans doute l’une des éruptions cutanées les plus répandues sur la planète : l’herpès. Il existe deux types d’herpès bien distincts, l’herpès labial et l’herpès génital. En théorie, ces deux maladies sont suffisamment distinctes pour qu’un herpès labial ne provoque pas d’herpès génital et inversement. Cependant, des cas de transmission inexpliqués ont été observés. Il faut donc être prudent.

Les deux maladies n’ont actuellement pas de traitement définitif. Une fois que le virus s’est logé dans votre système immunitaire, vous êtes condamnée à supporter des crises herpétiques plus ou moins espacées dans le temps et plus ou moins importantes. L’herpès génital peut se trouver directement sur le sexe ou parfois sur le pubis.

Il existe tout de même des traitements pour réduire l’impact et la durée de ces crises. Ces traitements peuvent également prévenir leur apparition. Vous devez demander conseil à votre médecin et, surtout, veillez à vous protéger pour ne pas contaminer vos partenaires. Enfin, sachez que l’herpès ne représente pas de danger pour les personnes adultes et bien portantes.