EuropArchive.org » Animaux » Quelles solutions pour éloigner les sangliers ?

Quelles solutions pour éloigner les sangliers ?

Très répandu en Europe, la présence du sanglier est problématique sur notre territoire car il génère des dégâts très importants dans les cultures de nos agriculteurs. Ce mammifère s’invite également dans nos jardins et vient se balader dans nos villes. Face à ce phénomène des solutions existent pour repousser le sanglier.

Les sangliers provoquent de nombreux dégâts

Loin de l’image de Pumba le Phacochère du célèbre dessin animé Le Roi Lion, le sanglier, ce mammifère ongulé faisant partie de la famille des suidés est un animal sauvage qui vit naturellement en forêt. Le sanglier est un animal omnivore, ce qui signifie qu’il mange de tout. Même si sa nourriture de base reste les glands, les insectes, les herbes ou les petits animaux vivants ou morts, il n’en reste pas moins qu’il peut s’adapter au manque de nourriture pour aller chercher ailleurs, ce qu’il ne trouve pas dans son habitat naturel. C’est ce qui pousse le sanglier à s’éloigner des forêts pour aller trouver ailleurs, ce qui n’est plus disponible chez lui.

Il occasionne ainsi de nombreux dégâts dans les cultures, les champs de blé et de maïs ou les prairies. Les dommages occasionnés se sont chiffrés autour de 50 millions d’euros en 2016 dont plus de la moitié servit à indemniser les agriculteurs victimes des dégâts des sangliers. Certains départements de France sont plus touchés que d’autres, tels que ceux du Sud de la France ou la région du Grand Est. L’analyse financière des dommages causés par le gibier, dressée par la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) montre une élévation de 30 % des montants d’indemnisation entre 2016 et 2017. Mais les sangliers ne se limitent plus au territoire rural, ils débarquent même aux portes de nos villes.

Les sangliers de plus en plus présents dans nos villes

Quand ils arrivent en ville, tout le monde change de trottoir…ça vous rappelle sûrement quelque chose. Sauf que cette fois-ci les cochons sauvages sont bel et bien présents dans nos grandes villes : Toulouse, Strasbourg, Rennes, Limoges, Castres et même aux portes de Paris, les sangliers ne cessent de s’aventurer en milieu urbain où leur présence peut s’avérer dangereuse. Le nombre de collisions entre les véhicules motorisés et les animaux sauvages en France est de 30 000 dont l’essentiel est provoqué par les sangliers. Si cette prolifération aurait pus ravir notre cher ami Obélix, cela pose de réels problèmes. Les lieutenants de louveterie de France ont un discours plus rassurant en affirmant qu’ils n’interviennent pas plus en ville qu’avant, mais le problème vient du fait qu’on en parle plus qu’autrefois. Les sangliers n’ont jamais été aussi présent, la faute à la diminution des zones autorisées de chasse due à l’étalement des zones urbaines. Les sangliers, s’ils se sentent en sécurité en zone urbaine auront tendance à y rester alors que les autres animaux sauvages, eux fuiront. Bref, les citadins et les sangliers vont-ils devoir apprendre à cohabiter ? Des solutions existent-elles pour faire fuir les sangliers ?

Les trucs pour éloigner les sangliers

Pour protéger les cultures de maïs, de blés ou autres, des solutions existent. Pour se protéger les agriculteurs utilisent des clôtures parfois électrifiées qui peuvent être efficaces sauf en période de battue ou le sanglier fonce droit devant lui. La clôture électrique lorsqu’elle est correctement installée et entretenue régulièrement semble être la solution optimale. Une protection complémentaire à base de répulsif peut être employé. Disposés dans des bouteilles et répartis régulièrement le long de la clôture. Un répulsif parfois utilisé est à base de camphre, produit naturel employé par l’Homme pour ses vertus thérapeutiques. Les pastilles de camphre sont déposées tout le long de la clôture et grâce à son odeur forte, elle va repousser le sanglier qui est doté d’un odorant très développé. Cette solution même si elle est efficace ne protège pas à 100 % les cultures contre le sanglier. Un sanglier qui a faim et qui sent la présence de nourriture en face de lui, va tout faire pour entrer, quitte à forcer les obstacles qui barrent son passage ou même à grimper sur un grillage et le faire plier sous son poids.

Le meilleur moyen de réguler la population des sangliers reste encore la chasse. Le nombre de sangliers abattus en France a quand même augmenté de 132 % en 20 ans. Lors de la saison de chasse 2016 – 2017, un total de 693 613 sangliers ont été abattus en France. D’après l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le sanglier a un statut de conservation de type préoccupation mineure qui correspond bien aux fortes augmentations en Europe. Le sanglier est classé comme gibier, il est donc fréquemment chassé sur le territoire français pour essayer de réguler sa population et freiner son développement. Une autre solution serait de stopper l’agrainage qui a un effet contradictoire face à son utilisation primaire.