EuropArchive.org » Cuisine » Comment le bio mène-t-il le combat contre la grande distribution ?

Comment le bio mène-t-il le combat contre la grande distribution ?

Bio contre grande distribution

Le bio et les magasins bio ne pèsent pas lourd face aux géants de la grande distribution. Pire encore, les produits bio ont souvent la réputation d’être inutilement chers et ne parviennent pas à séduire une part importante de la population. Résultat, les différents acteurs de la distribution bio s’organisent pour conquérir toujours plus de clients sur tout le territoire.

Mailler plus efficacement le territoire

L’un des plus gros handicaps dont souffrent les groupes de distribution de produits bio, c’est qu’ils n’ont pas les moyens de mailler aussi efficacement le territoire que les groupes de grande distribution les plus populaires et les plus connus. Or, il est difficile, voire impossible, de convaincre de nouveaux clients si on ne peut pas ouvrir de boutiques près de chez eux.

Les magasins bio s’organisent donc pour essayer d’offrir le meilleur maillage possible. S’ils ne peuvent pas ouvrir de nouvelles boutiques, alors ils favorisent la création de coopératives locales qui permettront l’émergence de lieux de vente de produits alimentaires biologiques directement depuis le producteur. Un premier pas essentiel qui mène souvent à l’ouverture d’un magasin.

Proposer des solutions de e-commerce

Dans le domaine de la distribution, le magasin bio en ligne semble avoir un bel avenir devant lui. D’abord, il règle le problème du maillage du territoire en permettant à tous ceux qui disposent d’une connexion Internet d’avoir accès à tous les meilleurs produits bio disponibles sur le marché. La livraison en point relais est même souvent gratuite.

Ensuite, cette solution des magasins bio présents uniquement sous la forme d’un site Internet permet de régler le problème des prix parfois jugés trop élevés. Effectivement, grâce à l’absence de locaux réels à payer et à entretenir, ces magasins en ligne peuvent se permettre de proposer des prix plus compétitifs et accessibles à toutes les parties de la population.

Communiquer plus et mieux

Le bio est une bonne chose et ses amateurs n’hésitent pas à souligner l’absurdité de devoir qualifier de bio une alimentation qui devrait être la seule disponible. Ou alors, il faudrait trouver comment qualifier l’alimentation non bio pour souligner ses effets néfastes sur la santé. Malgré tout, pour ceux qui n’en sont pas amateurs, le bio ressemble à une mode bourgeoise absurde.

Les magasins bio ont donc encore beaucoup de travail à faire sur la communication pour convaincre les ménages les moins aisés qu’ils peuvent aussi avoir accès à une alimentation de qualité qui n’est pas mauvaise pour leur santé. De nombreux distributeurs bio se sont lancés dans de grandes campagnes publicitaires pour convaincre qu’ils ne vendent pas des produits de luxe.