EuropArchive.org » Mode » Mode : la coupe afro est-elle redevenue un acte de résistance ?

Mode : la coupe afro est-elle redevenue un acte de résistance ?

La coupe afro

Il y a quelques jours, Sibeth Ndiaye a pris ses fonctions de porte-parole du gouvernement pour la première. Pour l’occasion, elle s’est présentée devant la caméra avec une coupe afro. Ce choix de coiffure aurait pu passer inaperçu, mais c’était sans compter la réaction démesurée de certains sur les réseaux sociaux qui ont rapidement accusé la jeune femme de manquer de respect à sa fonction. Derrière cette polémique futile se cache l’incessant combat entre les normes, la mode et l’identité.

Les normes et la mode

Si l’on en croit ce qui reproche à Sibeth Ndiaye d’avoir porté ses cheveux au naturel, elle aurait manqué de respect à la fonction de porte-parole qui est la sienne en arborant un look trop négligé à leur goût. Mais qui a décidé qu’une coupe afro était un look plus négligé qu’un autre ? Derrière ces remarques ne se cachent-elles pas plutôt des normes violemment imposées ?

C’est toute la question que soulève cette polémique : si certains estiment la coupe afro négligée, est-ce vraiment parce qu’elle l’est ou plutôt à cause de tout l’imaginaire qu’elle renvoie ? Celui de la libération des femmes noires dans les années 70 aux États-Unis et partout dans le monde. La coupe afro est-elle redevenue un acte de résistance ?

Une coupe immensément populaire

Pourtant, un bon salon de coiffure afro vous le dira : ils ne désemplissent pas et les coupes de cheveux afro sont immensément populaires depuis quelques années. Mieux encore, elles gagnent en popularité, et même auprès de personnes dont les cheveux ne se prêtent pas du tout à la mise en place de ce genre de coupe de cheveux.

Qu’elle soit obtenue grâce à des cheveux naturellement drus et frisés ou qu’elle nécessite de longues heures de travail sur des cheveux plutôt lisses, la coupe afro semble transporter avec elle une identité et une image de plus en plus populaire dans le monde de la mode et auprès de ceux qui le suivent, mais pas seulement. La coupe afro n’est pas la norme, mais elle est largement devenue une norme qui ne dérange personne.

Les coupes afro sont-elles un acte de résistance ?

Les nombreuses femmes et hommes qui portent la coupe afro ne l’avaient sans doute pas vu de cet œil-là, mais il semblerait que l’intolérance d’un petit groupe de personnes ait fait de leur coupe de cheveux un nouveau symbole d’une certaine résistance. Sans faire de cette coupe de cheveux le cœur d’une identité, personne ne devrait pour autant avoir à cacher le mieux possible la nature même de ses cheveux.

Alors qu’avec les années, et avec la disparition de certaines crispations sociales, la coupe afro avait perdu son statut d’acte de résistance, il semblerait bien qu’elle soit en passe de redevenir un outil de revendication pour faire bouger les normes et laisser entrer l’individualité dans certaines sphères où certains ont arbitrairement décidé de la faire disparaître quand elle leur déplaît.