EuropArchive.org » Santé » Impédancemètre : en quoi consiste l’impédancemétrie ?

Impédancemètre : en quoi consiste l’impédancemétrie ?

Impédancemètre

C’est en oto-rhino-laryngologie que l’impédancemètre est le plus souvent utilisé. Si ce petit appareil est tellement sur-spécialisé que même certains médecins ne le connaissent pas, il n’en est pas moins facile d’expliquer à quoi il sert.

Grâce à nos explications simples et notre langage vulgarisé loin du jargon médical confus, vous allez parfaitement comprendre:

  • Ce qu’est un impédancemètre.
  • A quoi sert un impédancemètre.
  • Quel type d’examens l’impédancemètre permet-il de faire.
  • Pourquoi on a besoin d’une impédancemètre.

L’impédancemètre est un appareil utilisé par les médecins ORL dans le but de pratiquer un test spécialisé appelé l’impédancemétrie.

L’impédancemétrie est un examen qui sert à mesurer l’activité du tympan et examinant le niveau de souplesse de ce dernier. C’est à travers une série d’enregistrements couchés sur le papier sous forme de graphes, que l’impédancemétrie arrive à déterminer si un tympan est souple ou non.

Si cet examen est très important dans le domaine de l’oto-rhino-laryngologie, c’est parce qu’il constitue un précieux outil dans le diagnostic d’une surdité et la recherche de son origine.

Comment est fait l’appareil auditif ?

L’audition est le résultat d’un mécanisme très complexe qui implique trois niveaux de l’appareil auditif travaillant tous en synergie :

  • L’oreille externe : qui agit comme une sorte de capteur de sons.
  • L’oreille moyenne : qui transmet le son à l’oreille interne par l’action des trois osselets (les plus petits du corps humain ! ) que sont le marteau, l’enclume et l’étrier, et du tympan.
  • L’oreille interne : qui est la partie neurosensorielle de l’appareil auditif, et sert à interpréter le stimulus sonore et le transformer en « son entendu ».

Comment interpréter une impédancemétrie ?

Ainsi, l’impédancemétrie permet d’explorer l’oreille moyenne : c’est à dire le tympan et les osselets. Elle est donc composée de deux examens :

  • La tympanométrie.
  • L’étude du réflexe stapédien.

La tympanométrie est la partie de l’impédancemétrie qui étudie la souplesse du tympan. Puisque ce dernier doit se déprimer à l’image d’un ballon de baudruche pour transmettre les vibrations sonores, s’il n’est pas muni d’une certaine souplesse, de sérieux problèmes d’audition peuvent survenir.

L’étude du réflexe stapédien : les trois osselets qui se trouvent dans l’oreille moyenne sont « liés » entre eux de façon à former une articulation. Cette liaison fait que lorsqu’une vibration touche un os, ce dernier la transmet aussitôt à l’os qui se trouve à côté. C’est grâce à ce mécanisme de proximité entre les différents éléments de l’oreille moyenne que l’onde est transmise de l’oreille externe jusqu’à l’oreille interne. Si ce réflexe est altéré, cela peut également traduire une surdité.