EuropArchive.org » Société » E-commerce : Facebook propose à ses utilisateurs d’acheter des billets de train sur Messenger

E-commerce : Facebook propose à ses utilisateurs d’acheter des billets de train sur Messenger

Acheter un billet de train via Facebook

Facebook serait-il en train de nous préparer une petite révolution technique que nous n’avions pas anticipée ? Le géant d’Internet continue à diversifier ses activités, notamment dans le e-commerce. Cependant, ici il n’est pas question du MarketPlace, mais plutôt d’une nouvelle option qui permet aux utilisateurs de Messenger d’acheter leurs billets de train SNCF directement depuis l’application de discussion instantanée.

Un partenariat inédit avec la SNCF

Facebook essaye depuis longtemps d’offrir un réseau social global qui réponde à tous les besoins de ses utilisateurs. Cette nouvelle option intégrée à Messenger permet de réduire le temps entre la vision d’une destination sur une publication et l’achat du billet. De plus, cela donne l’impression à l’utilisateur d’avoir sans cesse accès à un assistant personnel.

Pour réussir cet exploit, Facebook a justement programmé un assistant personnel qui entretient une conversation avec l’utilisateur. Celui-ci n’a qu’à donner sa destination, son point de départ et ses dates d’arrivée et de départ pour que l’application s’occupe de lui réserver ses billets. Le seul prérequis nécessaire et de disposer d’un compte SNCF lié à Facebook et d’y avoir renseigné ses coordonnées bancaires.

Facebook est-il l’avenir du e-commerce ?

Facebook essaye sans nul doute d’être l’avenir du e-commerce. Comme d’autres plateformes, il souhaite se positionner en géant incontournable. Pour autant, les entreprises devront continuer à créer et à gérer leur propre e-commerce. D’ailleurs, les agences spécialisées, comme l’agence Lumao, continuent de recommander le développement d’un site de e-commerce de qualité et de l’entretenir régulièrement pour attirer des consommateurs.

Effectivement, Facebook ne se pose pas comme un potentiel remplaçant de ces sites de e-commerce, au contraire. Pour le moment, la gestion des informations bancaires est l’affaire des commerçants et pas de Facebook. Le réseau social ne fait que le lien entre le client et le magasin en ligne. Il est donc intéressant de penser à l’intégration de ces nouveaux services dans le développement et l’évolution de son e-commerce.

Facebook finira-t-il par créer sa propre monnaie ?

Depuis 2013, Facebook travaillerait sur le développement de sa propre cryptomonnaie qu’il indexerait sur le cours du dollar. Une information qui n’a pas fini d’agiter et d’inquiéter les défenseurs d’un Internet décentralisé et libre. Les gouvernements également s’inquiètent régulièrement du pouvoir que cela pourrait donner à l’entreprise américaine.

En attendant, si Facebook souhaite prendre cette direction, c’est également pour augmenter ses revenus publicitaires. Depuis quelques mois, l’entreprise permet aux utilisateurs américains d’Instagram d’acheter directement depuis l’application les objets qu’ils trouvent les publicités qui se glissent au milieu des publications de leurs amis. Ainsi, Facebook contrôle tout le parcours d’achat et peut proposer une efficacité supérieure.