EuropArchive.org » Santé » Une douleur au bras gauche et au cœur peut être signe de stress et d’infarctus !

Une douleur au bras gauche et au cœur peut être signe de stress et d’infarctus !

L’un des signes de l’infarctus, vous le savez, est la lourdeur, la gêne, voire la douleur intense dans le bras gauche. Néanmoins, ce n’est pas le seul symptôme. Mais alors, le stress peut-il être à l’origine de la crise cardiaque. C’est ce que nous allons voir, mais revenons dès à présent sur la définition, les causes et les symptômes de l’infarctus, ainsi que sur les conséquences d’un stress sur la santé.

Une douleur au bras gauche : c’est peut-être un infarctus !

Tout d’abord, il est indispensable de connaître la définition de l’infarctus, ou plus communément appelé crise cardiaque. Le cœur, pour fonctionner correctement, doit bénéficier d’un certain apport en sang oxygéné. Cela est permis par les artères coronaires et par sa fonction de pompe.

Mais lorsque l’une de ces artères est défaillante et plus particulièrement lorsqu’elle est obstruée, le cœur commence à fatiguer. Cette pompe ne parvient plus à récupérer suffisamment de sang, ce qui signifie qu’elle n’est plus en mesure de renvoyer celui-ci vers les autres organes du corps.

Le rythme est alors perturbé et c’est la crise cardiaque. D’ailleurs, le cœur peut même s’arrêter complètement et provoquer la mort.

Quelles sont les causes de l’infarctus ?

Il est rare qu’une personne en bonne santé soit touchée par l’infarctus. De plus, une crise cardiaque est généralement provoquée par plusieurs facteurs.

  • L’âge : à partir de 50 ans chez l’homme, les risques d’infarctus sont plus élevés. Aussi, il est crucial de préserver un rythme de vie sain. Pour la femme, le risque apparaît après 60 ans.
  • Les mauvaises habitudes : c’est prouvé, la consommation d’alcool, de tabac et de nourriture trop grasse, entrainant une hausse du cholestérol, participe à renforcer le risque d’une crise cardiaque. Un manque d’activité physique peut également en être la cause.
  • Les antécédents familiaux : si l’un de vos parents a déjà subi un infarctus, vous êtes alors considéré comme une personne à risque.

Les symptômes de l’infarctus

Comme nous l’avons mentionné précédemment, une douleur aiguë dans le bras (dans le haut, le bas, ou dans l’avant-bras) est bien souvent le signe annonciateur d’une crise cardiaque. Néanmoins, il peut s’accompagner de bien d’autres symptômes.

  • Une sensation de brûlure dans la poitrine : vous avez l’impression que votre cage thoracique est compressée, causant ainsi une forte douleur dans le pectoral droit ou gauche ? Dans ce cas, il ne faut pas prendre ce signe à la légère.
  • Des sueurs, vertiges et autres fatigue inhabituelle sont des symptômes qui ne trompent pas. Vous vous sentez engourdi et n’êtes pas dans votre assiettes ? Si ces signes sont accompagnés de ceux que nous avons déjà vus, n’attendez pas pour composer le 15.
  • L’essoufflement : en cas de crise cardiaque, il est bien sûr plus difficile de respirer correctement.
  • L’estomac peut également être touché par un infarctus. Vous ressentirez alors des nausées et même des vomissements.

Le stress peut-il provoquer une crise cardiaque ?

À cette question, la réponse est non. En effet, même s’il a tendance à augmenter de manière plus ou moins significative l’hypertension artérielle (une autre cause de l’infarctus), le stress lui-seul n’est pas en mesure de provoquer une crise cardiaque.

Pour cela, il faudrait que celui-ci soit couplé à d’autres comportements ou facteurs de risques. Néanmoins, le stress et l’anxiété peuvent avoir un impact néfaste sur la santé, nous allons le voir un peu plus en détail.

Pourquoi faut-il se méfier du stress ?

Le stress se définit comme « une tension nerveuse excessive, traumatisante pour l’individu ». S’il peut bien sûr avoir des répercussions sur votre mental, votre corps n’est lui non plus pas épargné.

  • L’augmentation du risque de maladies cardiovasculaires : en cas de stress plus ou moins intense, le rythme cardiaque augmente. Aussi, les vaisseaux sanguins se rétrécissent, notamment les artères. Le stress, couplé à la cigarette ou la consommation d’alcool, participe à l’augmentation du risque des maladies cardiovasculaires.
  • Les problèmes de peau et des cheveux : nous avons vu que le stress touche les vaisseaux, et même les plus petits qui se trouvent sous la peau. Votre épiderme, en raison du rétrécissement de ceux-ci, est moins bien irrigué et nourri. De ce fait, il est possible de développer du psoriasis ou de l’urticaire. Les cheveux en souffrent également. Ils deviennent ternes, cassants et le cuir chevelu est plus sensible et irritable.
  • Les maux de dos : en période de stress, les muscles ont tendance à se contracter. Aussi, le dos est soumis à une tension permanente.
  • Un impact néfaste sur votre système immunitaire : le stress provient d’un message envoyé au cerveau, que l’on pourrait traduire par une menace immédiate à combattre. Aussi, votre corps se focalise sur cette menace (ce qui engendre les symptômes du stress), non plus sur les virus et autres petites bactéries. En cas de stress, nous sommes donc beaucoup plus vulnérables.

Vous trouverez également sur europarchive.org :