EuropArchive.org » Divers » Crème anesthésiante : une bonne solution pour combattre la douleur ?

Crème anesthésiante : une bonne solution pour combattre la douleur ?

Aujourd’hui, grâce aux progrès de la médecine, il est possible de limiter efficacement la douleur en cas d’intervention lourde ou légère. Si des méthodes comme l’injection d’anesthésiants sont généralement envisagées, d’autres produits peuvent être employés, afin de bloquer l’envoi du message de la douleur jusqu’au cerveau. C’est notamment le cas de la crème anesthésiante, vendue sur ordonnance ou en vente libre dans les pharmacies. Comment ça marche ? Dans quelles situations l’utiliser ? Explications.

La crème anesthésiante : comment ça marche ?

Les crèmes anesthésiantes sont composées de substances anesthésiques, qui pénètrent à l’intérieur de la peau et jusque dans les couches profondes du derme, afin d’entrer en contact avec les récepteurs de la douleur et les nerfs. Lorsque ces récepteurs perçoivent des stimuli, ils envoient un message au nerf, qui le transmettra directement au cerveau en générant ainsi la douleur. Les substances contenues dans les crèmes anesthésiantes sont en mesure de bloquer la création et le transfert de ce message, inhibant ainsi la sensation douloureuse.

Pourquoi choisir la crème anesthésiante Emla ?

La crème anesthésiante la plus connue est sans aucun doute la crème Emla. Vendue sur ordonnance, elle assure une anesthésie efficace de la peau pendant une durée plus ou moins longue. C’est vrai, les effets de ce produit dépendent de la quantité appliquée, ainsi que du temps d’application. D’ailleurs, Emla est même en mesure de soulager la douleur à la suite d’une intervention si elle est gardée sur la peau suffisamment longtemps.

On retrouve dans la crème Emla deux principes actifs. Il s’agit de la lidocaïne et de la prilocaïne, des substances particulièrement efficaces pour bloquer la transmission du message de la douleur.

Composition de la crème Emla

Nous venons de le mentionner, la crème Emla se compose de lidocaïne et de prilocaïne, des anesthésiques locaux amino-amides qui proposent une action particulièrement rapide, surtout lorsqu’ils sont appliqués au niveau des muqueuses. On retrouve également dans ce produit de l’huile de ricin et de l’hydroxyde de sodium, entre autres. Ces excipients permettent une meilleure absorption du produit par la peau.

Posologie de la crème anesthésiante Emla

Il convient d’appliquer une couche très épaisse de la crème anesthésiante avant une intervention. Le médecin traitant ou l’infirmière prescrira également des pansements adaptés, pour créer une compresse efficace. Celle-ci doit être posée pendant au moins 30 minutes avant l’intervention, même s’il est préférable de la garder un peu plus longtemps.

Les contre-indications

La crème Emla est contre-indiquée dans plusieurs situations.

  • En cas d’hypersensibilité à la lidocaïne, la prilocaïne et l’ensemble des anesthésiques de la famille des amino-amides, ou encore à l’huile de ricin.
  • En cas de blessure ouverte : en effet, la crème anesthésiante Emla ne peut être appliquée que sur une peau saine.
  • Chez les nourrissons prématurés : l’utilisation de cette crème ne peut avoir lieu que chez les prématurés âgés de plus de 37 semaines. De plus, chez l’enfant, l’application de la crème Emla est déconseillée sur les muqueuses génitales.

Dans quelles situations utiliser une crème anesthésiante ?

D’autres crèmes anesthésiantes sont également proposées en pharmacie : Maxilène par exemple, ou encore Anesderm sont des produits très connus, qui offrent des résultats tout à fait satisfaisants dans de nombreux cas de figure.

  • Avant une intervention légère : l’application d’Emla, de Maxilène ou d’Anesderm peut être envisagée avant l’insertion d’une aiguille sous la peau, ou d’un traitement chirurgical dermatologique.
  • Avant une séance d’épilation définitive au laser.
  • Avant une greffe de peau mince.
  • Avant une injection de produit anesthésiant : généralement, une crème anesthésiante sera proposée aux hommes et aux femmes devant subir une intervention sans anesthésie générale au niveau des organes génitaux.
  • Avant l’ablation d’une verrue génitale.
  • Avant un rapport sexuel, pour retarder l’éjaculation : en effet, l’application d’une crème anesthésiante sur le gland du pénis aurait des effets bénéfiques sur les hommes éjaculateurs précoces. Dans ce cas, il convient d’appliquer une petite quantité de crème 5 minutes avant le rapport sexuel. Toutefois, il convient d’en parler à un médecin avant d’envisager cette solution, car certains produits de ce type peuvent engendrer des nécroses, ce qui n’est bien évidemment pas souhaitable.

Dans quelles situations éviter la crème anesthésiante ?

Nous l’avons déjà mentionné, la crème anesthésiante Emla ainsi que les autres produits similaires ne peuvent être envisagés chez les personnes qui souffrent d’une hypersensibilité aux anesthésiques amino-amides. D’autre part, certaines situations ne sont pas compatibles avec l’application d’une crème anesthésiante.

C’est le cas, par exemple, avant une séance de tatouage. En effet, contrairement à l’encre utilisée par les tatoueurs, la crème Emla n’est pas conçue pour pénétrer aussi profondément dans les couches de la peau. D’ailleurs, aucun professionnel n’acceptera de tatouer une peau sur laquelle a été appliquée ce produit, celui-ci n’ayant pas été formulé pour ce type d’utilisation. Il en va de même pour les piercings, nécessitant l’insertion d’une aiguille à travers la peau.